1re projection du micro-trottoir sur les contrôles au faciès

1re projection du micro-trottoir sur les contrôles au faciès

Mercredi 11 mai, le club de prévention jeunesse AJAM et Colombbus participaient à l’évènement « Tous en campagne contre les discriminations » organisé par Afrique et Nouvelles Interdépendances (ANI) à la Halle Pajol dans le 18e arrondissement. Un événement destiné aux jeunes qui, de quelques manières que ce soient, s’expriment et traitent des discriminations via des projets associatifs. Vidéo, chant, théâtre, tout est prétexte à la sensibilisation du grand public sur cette vaste thématique.

De notre côté, nous étions venus présenter le micro-trottoir tout beau tout chaud réalisé par nos 5 journalistes en herbe sur les contrôles d’identité effectués par la Police. Ces jeunes, tous confrontés à des contrôles jugés intempestifs dans leur quartier de la Grange-aux-Belles, avaient travaillé pendant 4 mois avec Colombbus sur les discriminations liées aux origines, et plus largement liées à l’apparence avant de se lancer dans la rue pour recueillir l’avis des passants de Châtelet sur les contrôles au faciès.

La projection a laissé place à un vif débat avec des jeunes accompagnés par la Mission Locale : entre sentiments d’injustice, fatalité, mais aussi espoir, les jeunes nous ont livré leurs témoignages et ressentis. Un moment riche qui nous a donné envie de présenter la vidéo à d’autres partenaires et jeunes de l’arrondissement. Déjà en quête d’un nouveau lieu de projection, nous vous informerons de la date très prochainement.

D’ici là, vous pouvez d’ors et déjà voir leur travail ! N’hésitez pas non plus à laisser des commentaires, réactions… ils seront lus avec la plus grande attention !

Merci à l’ANI pour son accueil, et à l’Acsé et la Mairie de Paris pour leur soutien financier.

1 Commentaire

  1. Je remercie toute l’équipe qui a travaillé sur le sujet , merci de m’avoir permis de m’exprimer librement et sans pression.
    Cependant la video n’a pas de son et l’image est instable .
    Prière d’y remédier .
    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *