Ghania, participante du Parkour Numerik’Up, partage ses premières impressions !

Ghania, participante du Parkour Numerik’Up, partage ses premières impressions !
Ghania_Adage_Colombbus_v2

Après la semaine graphisme, on passe à la bidouille électronique : Ghania apprend à monter et remonter un ordinateur

Alors que le Parkour Numerik’Up a commencé il y a une semaine à peine, Ghania, une des participantes orientée par l’ADAGE, se confie sur cette première semaine écoulée, et sur ses attentes.

Quand l’ADAGE vous a parlé de ce parcours, qu’est-ce qui vous a donné envie de venir à l’information collective ?

Je suis arrivée à l’Adage il n’y a pas longtemps. J’ai rencontré ma référente qui a vu sur mon CV que j’avais déjà fait de l’informatique en Algérie et c’est à ce moment qu’elle m’a parlé de Colombbus. Elle m’a expliqué ce qu’ils faisaient, et j’ai dit « ça m’intéresse» !  J’ai dit oui tout de suite, je n’ai même pas réfléchi.

Et passé cette information collective, qu’est-ce qui vous a motivé à vous inscrire ?

Ce qui m’a intéressée, c’est que ce soit vaste : il y a beaucoup de choses ! Je pourrai voir vers quoi je veux  me diriger. Le fait d’avoir le choix m’a vraiment interpellée, je me suis dit « je le fais ! ». Comme j’avais des notions en informatique, mais que je n’ai jamais vraiment travaillé là-dedans, je me suis dit que c’était le moment de le faire.

En arrivant à Colombbus, aviez-vous des craintes, des attentes particulières ?

Ce qui était important pour moi, c’était d’être dans un groupe qui soit cool, que ça se passe bien, que l’on s’entende bien ! Je voulais que ça soit homogène, que l’on discute, que ça soit interactif et c’est le cas. C’est parfait !

Et par rapport au Parkour ?

Je fais ce parcours pour avoir des idées sur les formations. Ici, on apprend des notions, mais ensuite, il faut approfondir, se former vraiment. Je suis par exemple très intéressée par les formations liées au secteur du graphisme parce que ce qu’on a fait cette semaine m’a beaucoup intéressé.

Qu’attendez-vous de la semaine bidouille ?

J’habite seule, et j’ai dû apprendre à me débrouiller seule. Alors, je bricole beaucoup chez moi ! J’ai un fer à souder, de l’étain : je sais déjà faire ! Je peux par exemple réparer un sèche-cheveux les yeux fermés. J’ai déjà aussi fabriqué une petite lampe avec mon fils pour le collège dans le cadre des travaux manuels : je l’ai vraiment aidé et c’était génial. D’ailleurs, quand j’ai parlé du Fab Lab à mon fils, il était trop content. Lui aussi aimerait y aller franchement ! Donc je sais que la bidouille, je vais adorer !

Et pour la programmation et le multimédia ?

J’ai fait un peu de programmation quand j’étais en Algérie mais j’ai tout oublié. Quand j’avais fait ça, je n’étais pas très motivée. Je l’avais fait pour faire plaisir à mon père qui me disait que c’était un métier d’avenir. Quand j’ai dit à mon fils que j’allais m’initier au code par la création de jeux vidéo, il était aux anges. On va pouvoir en faire ensemble. Quant à la semaine multimédia, je ne connais pas du tout, ça va être une vraie découverte pour moi.

Quelle serait votre attente vis-à-vis de Colombbus ou de l’ADAGE, une fois votre parcours terminé ?

Ce serait de trouver une formation dans le domaine qui m’intéresse. Je n’ai pas encore participé à la suite du parcours mais là, déjà, je suis très intéressée par la semaine graphisme que j’ai faite.

Alors pour l’instant, vous êtes plutôt satisfaite du contenu du Parkour ?

Au début, quand ma référente ADAGE m’a parlé du PARKOUR NUMERIK’UP, je croyais que ça allait être rasoir. Mais franchement c’est super ! J’adore ça, je me sens bien. Je découvre, j’apprends… A mon âge, c’est super génial !

Merci à la Mairie de Paris pour son soutien.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *